Description du projet

Flore des Calanques

Mondialement reconnu le massif des Calanques a attiré les botanistes dès le XVIe siècle, les circonstances géologiques et climatiques donnant à ce site un caractère unique. La flore des Calanques s’avère la plus thermophile et xérique de France, donc pas étonnant d’y sentir comme un léger parfum d’Afrique lors des quelconques escapades. Lors de la dernière période glaciaire certaines plantes se sont installées en ces lieux et ont subsisté jusqu’à nos jours, ces survivantes glaciaires sont nommées plantes tertiaires.

Le Parc national des Calanques recense dans son périmètre plus de 900 espèces végétalesdont 38 sont protégées et 43 reconnues remarquables. La frange littorale est très intéressante de par la diversité des ses paysages et ses différents habitats.

Ainsi le déferlement des vagues au pied des falaises génère des bourrelets d’algues calcaires que l’on appelle lithophyllum (L.lichenoides L. byssoides). L’association d’espèces remarquables la plus importante se trouve dans les habitats littoraux continentaux et insulaires et des plantes très particulières font face ici à des contraintes écologiques extrêmes : faux statice nain (Limonium pseudominutum), astragale de Marseille (Astragalus massiliensis), passerine tartonraire (Passerina tartonraira). Plus à l’intérieur des terres se tiennent des curiosités végétales tout autant fascinantes, les peuplements thermophiles de Pin d’Alep (Pinus halepensis), les landes d’altitude de genêt de Lobel (Genisa lobelii), les lapiaz et éboulis où se cache discrètement la sabline de Provence (Arenaria provincialis), les garrigues et pelouses rases de brachypode rameux (Brachypodium retusum).

Face à un soleil torride estival, des précipitations réduites et des vents incessants, les plantes des Calanques charment tout bon promeneur, qu’elles soient halophiles, halorésistantes, xérophiles, thermophiles, anémomorphosées … toutes contribuent à faire de ce sanctuaire indompté un réservoir de biodiversité remarquable.